Tokyo : Goldorak et les 7 samouraïs.

Nous arrivons au Japon à l’aéroport international de Tokyo, là c’est le choc ….pas de culture, ça on l’aura le lendemain mais de températures : on quitte Rio et ses 30°C on arrive à 0°C. Heureusement on avait prévu le coup et nous ne nous sommes pas retrouvés comme des migrants Irakiens à Calais, en Tong.

30 h d’avion avec stop à LA ça use ça use…les enfants

Ne parlant pas Japonais même sous la torture, nous avons quelques difficultés à nous repérer mais la gentillesse de nos hôtes et le désir de faire bonne figure nous fait arriver à bon port. Après un voyage de 30 h on est bien content d’arriver!!

Direction la gare la plus fréquentée du monde : Shinjuku avec son 1,23 milliard de voyageurs par an. Oui, oui pas 1,23 million par an de la Part Dieu…1,23 Milliard. Avec ce chiffre on va comprendre le gigantisme de la capitale nippone ni mauvaise.

On loge à côté de la gare et comme disait Nougaro, ‘dès l’aérogare j’ai senti le choc’, du monde, du monde, du monde…dans tous les sens. Mais pas comme à la gare du nord où on a peur de se trimbaler même à 14h. Là y’a du monde mais c’est organisé, propre, flot dans un sens pour ceux qui montent et bien dans l’autre sens pour ceux qui descendent. Y’a pas un pet de travers. C’est tout fluide.

M’est avis que nous sommes dans un pays qui marche droit (sic). Chez nous tant de monde au même endroit et on aurait des pickpockets dans tous les sens avec des faux mendiants combinés à des punks communistes. Ici on dirait ‘smallwordl’ de Disney : nickel.

Les lumières du soir, les sons qui résonnent, tous ces gens dans tous les sens : on se sent dans la peau de Harrison Ford dans Blade Runner !!! oui c’est ça un mélange de Blade Runner et de Enter the Void de Gaspar Noé. On est dans un monde futuriste avec des gens bien réels, illuminé de néons gigantesques et d’écrans qui hurlent des sons dans tous les sens.

Moi qui était le plus grand fan de Goldorak je suis aux anges. Cécile elle est moins enthousiaste, elle est plus rat (Didier) des champs que des villes. Les enfants eux sentent moins la différence, du moment qu’ils ont le Wi Fi  tout va bien.

Les Japonais se montreront d’une gentillesse extrême, toujours disponible et souriant à la moindre de nos demandes. C’est super agréable, on ne comprend rien à ce qu’ils disent mais on est sûr qu’ils se montraient d’une politesse extrême. Les Japonais ont la réputation d’être des fourmis, travailleuses peu préteuses. Peut être qu’ils sont comme les fourmis, mais contrairement à la fable, ils auraient répondu oui à la cigale avec un sourire en baissant l’échine, l’auraient accueillie, donné à manger et offert un bain dans les sources d’eaux chaudes. S’ils ne le font pas ils sont obligés de se faire harakiri pendant 28 générations. Paraît il qu’ils sont racistes et limite facho, comme les français en fait mais nous ce n’est pas pour ça qu’on est accueillant avec les touristes.

Le premier jour nous sommes allés visité le sanctuaire shintoïste de Meiiji Jingu niché dans le parc Yoyogi auquel on accède en passant par la plus grande porte en bois du Japon.

On observe les indigènes effectuer leur rituel, tout est codifié et il faut bien le faire dans l’ordre : se laver les mains puis la bouche pour accéder au temple afin de faire la prière. Comme dans toutes les religions du monde (et c’est un de leur seul point commun) on laisse une petite offrande en passant!! Tout est évidemment calme et zen, les parcs bien entretenus, on regrette juste de ne pas arriver au printemps pour voir ces fameux cerisiers fleurir et colorer ces parcs et temples de fleurs. Après Goldorak on voit enfin le côté 7 samouraïs du Japon. On confirme le cliché, ce pays est bien un mélange de modernisme ultra futuriste avec un traditionalisme évident puisqu’on voit bien que même les jeunes qui vont à l’école suivent une éducation qui n’a pas dû bouger beaucoup : tous ont le même uniforme. Surtout les jeunes filles avec ces jupettes bleues et socquettes ou chaussettes en dessous du genou.

On continue notre balade dans le quartier branché de Harajuku et la rue Takeshita où là on va faire ce qu’on fera très souvent dans ces grandes villes Japonaises, se promener dans des rues hyper commerçantes bondées de monde avec tout ce que peut offrir la société de consommation, restos plus ou moins chers, divertissements en tout genre. Et ça on va le voir dans tous les quartiers qui bougent qui se trouvent presque tous à proximité des grandes gares.

On va trouver des marchands de crêpes assez hallucinants dans leur façon de présenter leur produit…Bretons préparez vous car là il va être difficile de résister cette fois et  ce ne sont pas des romains incapables contre qui il faut lutter !!!

Bref à chaque fois le même combat de Ninja : du monde, des magasins, des restaurants, des lumières et des sons :

–           on pourrait parler de Shibuya avec son fameux croisement qui est le plus traversé au monde. Yoyo a lu qu’il était resté 13 secondes sans personne ni voiture pour le traverser à 4 h du matin

–          Dans le quartier de Shinjuku, les rues des mini quartiers de Kabukicho et Golden Gai (à côté de notre premier appartement) semblent le soir se transformer en gigantesque quartier rouge comme à Amsterdam!!! Là on voit qu’il existe des soupapes de sécurité dans la société Japonaise.

–          Le quartier de Ueno qui grouille de restos pas cher dans tous les sens

–         Nous avons visité le quartier de Rappongi : on voit même leur tour Eiffel, bien évidemment soyez rassurés bien moins belle que la nôtre!

Ce qui est aussi étonnant c’est que sortis de ces grandes artères, les rues sont plutôt petites, calmes et on a du mal à s’imaginer de se trouver à Tokyo.

C’est comme dans les mangas, de toutes petites voitures au design très « Lada » carrées, taillées à la serpe (à mon avis Toyota et tous les constructeurs de voitures japonaises ont recruté les designers d’europe de l’est à la chute du mur de Berlin) sillonnent ces rues étroites où résident dans de toutes petites maisons des tous petits Jap’s.  C’est fou comme ce pays ressemble à ses clichés.

Nous avons fais Tokyo en 2 étapes car entre temps nous nous sommes rendus à Kyoto et à Jigokudani, et lors de notre 2 ème séjour nous avons séjourné à Ikebukoro (la 2ème gare la plus fréquentée au monde avec 350 milliard de voyageur en 24h….c’est l’impression que ça donne). Une fois de plus c’est l’effervescence qui frappe d’entrée, hyppercut, crochet du gauche et on est KO!!!! Par curiosité on se rend dans une immense salle de jeux où on voit des jeunes et moins jeunes se démener sur toutes sortes de jeux, certains hyper futuristes et d’autres plus ludiques. 4 étages remplis de geeks avec au dernier des photomatons dans lesquelles les jeunes filles se déguisent. Complétement délirant!!

les mecs jouent au PMU virtuel !!!!

on a pu visiter le marché au poisson de Tsukiji. Malheureusement nous n’avons pas pu assister à la criée au thon car en fin d’année seuls les professionnels du thon peuvent y assister. J’ai eu beau leur expliquer que jeune j’étais un professionnel du thon dans ma jeunesse, rien n’y fait.

Ce marché est impressionnant on y voit toutes sortes de poisson et même plus encore, des choses jamais vues auparavant. On comprend mieux pourquoi ce sont les rois du poisson. On finit dans un petit resto après une heure et demi de queue  pour déguster les fameux sushis les plus frais de la terre. C’était excellent évidemment, les thons ne sont pas les mêmes que ceux que je péchais au Macumba en boite de nuit…

On a droit un soir à un diner préparé par notre hôte dans son logement qui, chose étonnante qui sera confirmé par la suite, n’était pas propre et sentait un peu des odeurs nauséabondes, chose vraiment surprenante pour nous qui pensions que le Japon était le pays du chlore et de la propreté!!! Malgré cela le repas était excellent, ils nous avaient préparés une espèce d’omelette rempli de tout pleins choses ‘qu’on sait pas ce qu’il y a dedans mais qui vaut mieux pas savoir et qui vaut mieux manger en fermant sa gueule’ mais qui était excellente.

La veille nous avions fêté Noël seuls sans notre famille et là nous avons ressenti le manque de nos proches et de nos amis…mais bon on ne peut pas tout avoir…le beurre et l’argent du beurre et les intérêts de l’argent du beurre cachés dans des paradis fiscaux…oups je devais pas le dire…bref on ne peut pas voyager et en plus avoir tous ces proches autour de soi…Pour compenser les enfants ont eu droit à des crêpes et le lendemain à un repas dans un restos avec pleins de japonais bourrés autour de nous qui hurlaient comme une jeune mariée pendant sa nuit de noce !!!

Comme cadeau de noël nous avions offert une journée à Walt Disney Tokyo Resort Of Sarace aux enfants ils ont été ravis évidemment même si cette expérience n’a rien de culture Japonaise…et malheureusement c’est ce qu’ils ont préféré à Tokyo !!! Faites des enfants essayez de les éduquer et voilà comment ils vous remercient : la chose qu’ils préfèrent le plus à l’autre bout du monde c’est ce qu’il y a de moins typique. Des fois je me dis que ça ne sert à rien de se battre, je les laisserais bien se goinfrer d’hamburgers, boire des litres et des litres de Coca, les laisser jouer à la tablette; car lutter pour arriver à ça c’est déprimant !!!! Une chose toutefois typiquement japonaise peut être c’est que beaucoup se déguisent en personnage de Disney pour aller au parc…imaginez un Japonais avec les oreilles de mickey…non n’imaginez pas vaut mieux pas !!!! les jeunes couplent ont le même déguisement qu’ils viennent d’acheter à 30 euros … de très bons consommateurs.

Enfin nous avons visité la veille de notre départ le quartier de Asakusa plus traditionnel avec le temple Senso Ji, magnifique en plein milieu d’un quartier comme déjà dit hyper animé !!! Là c’est le concentré de Tokyo et du Japon la tradition au milieu de la modernité…snif c’est pas beau ça ??

 

Pour conclure Tokyo est très particulier, ça grouille dans tous les sens, ce sont des lumières incessantes et des sons qui se mêlent pour créer une ambiance unique qu’on aime ou qu’on déteste. J’ai adoré. Mais j’ai baigné jeune dans cet univers déluré avec tous les dessins animés qu’ont connus les gens de mon âge : Goldorak, Olive et Tom, Sankukai… et j’ai retrouvé dans le Japon que j’ai vu ces brides de culture qu’ils insinuent insidieusement tels des serpents jaunes qu’ils sont dans leurs dessins animés. Une chose qui m’a interpellée aussi c’est que comme dans ces dessins animés tous les pictogrammes dans le métro ou dans le train montraient des visages européens et non Japonais…surprenant non?

 Vue à 360 de la mairie de Tokyo (gratuit)

Un dernier mot pour résumer l’esprit japonais ce sont les taxis. Certains ont de grandes voitures luxueuses et il faut voir l’attitude des chauffeurs en costard cravate, digne droit. On sent qu’ils vous emmèneront à destination quoi qu’il arrive, tsunami, tremblement de terre ou Gozilla dévastant Tokyo, peu importe ils effectueront leurs tâches. C’est un peu ça le Japonais, on sent l’honneur et la fierté du moindre travailleur à effectuer sa tache, chacun apportant sa pierre à l’édifice, l’individu au service de la société et toujours comme nous l’avons vu dans tous les magasins visités cette tendance à tout faire pour que tout soit parfait.

Notre périple continue à Kyoto…à suivre…On parlera aussi dans un autre article de la cuisine Japonaise, de leurs toilettes, des bains publiques, de nos logements pas top et de toutes ces choses qui sont tellement différentes de chez nous.

Pour plus de photos c’est ici.

Infos pratiques :

Pour la visite de Tokyo, les sites suivants nous ont aidé à faire notre itinéraire par quartiers :

www.gaijinjapan.org

https://www.kanpai.fr/

https://www.vivrelejapon.com

 

Pour ce qui est de la JR line (trains et métro de Tokyo), nous n’avions pas pris d’abonnements de train car coût onéreux pour le peu de voyages que nous allions effectuer au Japon, donc nous n’avions pas l’accès gratuit au métro JR line à Tokyo mais il suffit de payer le ticket (prix en fonction de la distance).

Nous avons utilisé le bus de jour et de nuit pour aller à Jigokudani, puis Kyoto (bus nuit) et retour sur Tokyo (bus nuit).

Plus d’infos à suivre

 

 

2 réflexions au sujet de « Tokyo : Goldorak et les 7 samouraïs. »

  1. Magnifique ca me laisse nostalgique de mon stage avec la fédé en 2009…

    hâte de les lire ton commentaire sur les toilettes japonais car c’est un grand moment !

    Et effectivement les omelettes japonaises okonomiyaki sont excellentes je confirme!

    A+

  2. Le Japon…Colette en rêve de puis toute petite, mais je crois bien, qu’à notre âge, nous n’avons paqs connu Goldorak enfant et dans notre jeunesse , on parlait du Japon traditionnel, ancestral, et là, nos yeux sont surpris de voir cette modernité remplie des nouvelles technologies, se mêler à toutes ces traditions ancestrales et on se demande , comme tu le dis , si , ayant pris la tête d’européens, s’ils sont vraiment heureux…En tout cas pays à voir … au printemps , pour les cerisiers à fleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *